Vincent JOINEAU

                   

 

 

 

 

 

 Les Forges de Girard

 

                                    

 

 

                            CONFERENCE DU 28 OCTOBRE 2012

 

 

HISTOIRE DE LA PREMIERE GRANDE USINE EN BASSE VALLEE DU LOT
Lieu-dit : « Les Forges » près du Lot à Girard commune de Duravel.

Conférencier : Mr Vincent Joineau, docteur en histoire des techniques, chercheur associé à l’université de Paris I.

MR MARRANE  ouvre la séance.

MR JOINEAU précise que c’est une usine à fer qui fabriquait de la fonte.

Il présente les origines des archives étudiées pour cette conférence :

-    archives de ROUBAIX ; 5 registres sur DURAVEL de 400 pages expliquant la chronologie de l’équipement industriel de la forge.
-    archives à PARIS ; demandes d’autorisation d’installation de machines à vapeur.
-    archives du LOT.

I-ORIGINE DE L’USINE

Les frères Riant, Joseph-Ferdinand et Jean Louis, maîtres de forges, produisaient de la fonte au bois. En 1820, ils sont partis visiter des forges en Angleterre, et ont vu la fabrication de la fonte au coke.
En revenant, ils ont voulu développer près de Nantes, la production de fonte au coke.
Pour cela, il leur fallait des moyens financiers importants. Ils ont été sollicités par des industriels, des banquiers, qui ont vu dans ce savoir faire, une façon de répondre aux besoins français pour la fabrication des rails de chemin de fer développée en France de 1830 à 1840, et jusqu’en 1870. Le comte de Sérincourt, personnage très important, chapeaute le projet de développement, et les frères Riant qui possèdent le savoir-faire, deviennent les deux gérants de la société.


C’est un partenariat entre :
                                           - des hommes qui ont un savoir faire
                                           - des hommes qui ont des moyens financiers

 Son objectif : acheter en Aveyron, dans le Lot et le Lot et Garonne des sites permettant de produire beaucoup de fonte.
  Son but : utiliser le port de Bordeaux pour l’exportation du charbon, de la houille et de la fonte.
La société s’installe donc à Aubin en 1846.Decazeville n’est qu’une petite exploitation à cette époque là (expansion 1850-1860). La société y installe 13 fours à coke, 6 hauts fourneaux, des machines soufflantes et près de 14 fours, afin de produire du métal fin.
Mais pour faire de la fonte, il faut du minerai. Celui de l’Aveyron est plus pauvre que celui du Fumélois composé de 43% d’oxyde de fer, contre 37 à 38% pour celui de l’Aveyron.
Les fondateurs vont chercher à se rapprocher sur le Lot, pour chercher du minerai afin de faire de la fonte, et la réexpédier sur Aubin ou elle sera  retransformée en produits plus élaborés et sous-produits. Duravel sera donc considéré comme une succursale d’Aubin.
Très vite, en mai 1846, les frères Riant vont demander au préfet du Lot l’autorisation d’installer une forge. Ils achètent à Duravel le 25/12/1846, un domaine avec corps de biens situé à Girard sur les bords du lot sur 300m, comprenant terres labourables,  prairies, vignes et deux vastes granges de construction récente, compris entre le Lot et la Route Royale n°111… Cette vente se monte à 60 000 frs, et le vendeur donne le droit aux frères Riant, d’extraire sur sa propriété de Cazes, tout le minerai de fer qu’ils pourront trouver dans les parties en friche. Cette recherche se situera sur les communes avoisinantes, de Puy-l’Evêque et de Montcabrier

Pourquoi augmenter la production des FORGES D’AUBIN (coke et houille) ?
A cette époque on a besoin de fabriquer davantage de coussinets et de rails pour les chemins de fer. De surcroît, la concession de la ligne Bordeaux-Cette (Sète) est attribuée en septembre 1846 à la Compagnie de chemin de fer Paris-Orléans, d’où le besoin d’acheter d’autres sites sur la ligne  allant vers BORDEAUX passant par le LOT et le LOT ET GARONNE (AUBIN – LOT-LOT ET GARONNE –BORDEAUX)

La société s’installe à AUBIN en  1846

II- LES DEMARCHES ADMINISTRATIVES

A-    25 février 1847 : Seconde demande au préfet du LOT d’autoriser l’installation d’une forge avec 6 hauts fourneaux, c’est une très longue procédure.
Le projet initial était d’installer 6 hauts-fourneaux, 2 machines soufflantes à vapeur et 2 bas-fourneaux appelés « mazeries », pour affiner la fonte.

B-    5 juillet 1849 : les frères RIANT ont l’autorisation  d’installer une prise d’eau sur le lot.
C-    15 juillet 1849 : autorisation d’installer 3 machines à vapeur qui proviennent de NANTES.
D-    10 JANVIER 1850 : autorisation de 2 machines à vapeur supplémentaires.
E-    20 JUILLET 1850 : Demande d’installation d’une sixième machine à vapeur.
F-    25 novembre 1850 : autorisation  pour la 6ème machine à vapeur.
En parallèle au projet d’implantation d’une usine à Duravel, se développe un projet d’implantation à Fumel d’une usine métallurgique similaire.
Mr François Vales démissionne en janvier 1846, de son exploitation non viable de Bouquiès à côté d’Aubin, et s’associe à un maître de forge Mr Drouillard à Alès réputé pour ses mines (Gard). Il s’associe aussi au vicomte Benoît d’Azy, maître de forge à Alès, et député. Les trois parties créent une société nommée : Cie des houillères, fonderies et forges de Bouquiès et Fumel avec la volonté à terme de s’installer à Fumel pour l’exportation à Bordeaux et en Angleterre.
Ces 3 gérants se connaissaient bien, dès 1836 ils étaient déjà associés à Alès, et avaient une grande expérience des mines et fonderies.



III- LE PROJET DES 6 HAUTS FOURNEAUX N’A JAMAIS ABOUTI
POURQUOI ?

A-    Entre 1852 et 1855,  la surproduction de coke fait chuter les prix.
B-    CONCURRENCE AVEC L’USINE DE FUMEL :
                     - c’est une course contre la montre pour les 2 compagnies afin d’obtenir les autorisations d’installation auprès des préfectures du LOT et du LOT ET GARONNE. Le temps presse car il s’agit d’être en mesure de produire au plus tôt le matériel ferroviaire destiné à la construction de la ligne Bordeaux-Sète.

                     -dès 1846 (24 septembre) : la concession de la ligne Bordeaux-Sète à Bordeaux est attribuée à la compagnie de chemin de fer Bordeaux-Sète.
Mr Drouillard est aussi administrateur de cette société de chemin de fer. Il faut donc que la forge soit au plus près de la voie ferrée, pour minorer les coûts de production et de livraison afin d’augmenter la marge bénéficiaire des administrateurs.
Il s’établit donc une course de vitesse industrielle pour celui qui fournira du charbon, de la fonte et du coke à grande échelle.
Questionnement : Comment l’usine de Duravel a-t-elle fonctionné ? Pendant combien de temps ? Et a-t-elle produit de la fonte ? Le doute subsiste. D’autres archives attestent la production de fonte : Madame Jaunatre propriétaire actuelle du lieu, certifie la découverte de gueuses de fonte dans sa cour, lors de travaux d’assainissement. L’une d’entre-elle pesait environ 700 kg. A ce jour, il ne reste des vestiges de l’usine que le monte-charge. Le décryptage des comptes et balances, donnera les quantités de fonte produites durant les années d’exploitation de cette usine.


C-EN 1851 : Par ailleurs, des pratiques spéculatives de prête-noms ont lieu, la société des forges et houille des frères Riant à Aubin est mise en liquidation judiciaire pour 500 000 frs en novembre 1851, entraînant de fait la vente de Duravel. La société d’ Aubin est transformée en société anonyme (SA).

L’industrie du fer est en grande difficulté car il y a beaucoup de spéculation sur les usines de fer.

D-EN 1852 : La société anonyme D’AUBIN  est revendue, une nouvelle société  est créée à Aubin. Le marché de la fonte augmente.
E- En 1854/55 : Le marché de la fonte s’effondre par suite de la signature d’un accord de libre-échange entre la France et l’Angleterre.
F -EN 1855 : Napoléon III après son coup d’état, est en guerre contre la famille ROTHSTHILD, et n’accorde pas de concession à des Cies de chemin de fer qui comprennent les ROTHSTHILD comme administrateurs. Il favorise la Cie du Grand Central qui rachète les mines d’AUBIN et de DURAVEL.
(Les archives de la forge se retrouvent dans le patrimoine des archives du Grand Central. Et dans celles-ci, se retrouve aussi, les mêmes actionnaires que dans celles des mines d’ Aubin et de Duravel.)

 
G -EN 1857 : le GRAND CENTRAL, dans ce contexte économique ou les prix de la fonte baissent, se met sous la sauvegarde de la COMPAGNIE DES CHEMINS DE FER du PARIS/LYON/MEDITERRANEE, et de celle du « PARIS –ORLEANS » qui avait racheté l’usine de FUMEL.
La Cie du « PARIS – ORLEANS » aura un monopole sur la production de fonte et de charbon d’Aubin, et va lancer l’exploitation des usines de Decazeville pour le charbon, ainsi que celle de Fumel et Duravel.                                                                                                       Napoléon III en 1857, se rend compte que le Grand-Central a spéculé (mise en liquidation), et va vouloir se venger sur la Cie d’Orléans financée par les ROTHSTHILD. Il interdit aux Cies de chemin de fer qui possèdent des forges, de vendre la fonte la fonte qu’elle produit. Elle se trouve donc en surproduction,  ce qui a pour conséquence la fermeture de Fumel pendant 3 ans entre fin 1857 et 1860. La Cie d’Orléans décide  alors de privilégier les fonderies d’Aubin qui suffiront amplement aux besoins et qui fonctionneront jusqu’en 1882.

H – En 1860 : Traité de commerce entre la France et l’Angleterre, arrêtant l’interdiction d’importation de charbon et de fonte Anglais. De plus, ce traité limite à 30% les droits d’entrée des produits Anglais en France. Les fontes anglaises parviennent en France à un coût inférieur à la fonte française. Les Anglais deviennent donc largement concurrentiels sur le marché français.

De ce fait, l’usine de Duravel a-t-elle fonctionné en 1854/1855 et plus ?

I- : En 1858, dans ce contexte, que se passe-t-il à Duravel ?

L’ingénieur des mines indique :
1)    La remise en route de l’usine exigerait des réparations importantes que la Cie d’Orléans ne veut pas faire, car elle a déjà arrêté l’usine de Fumel (mieux équipée).
2)    Depuis 1852, Duravel exploite le minerai de fer local pour le vendre à Aubin ou Fumel en prévision d’une reprise.
3)    En 1858, l’extraction du minerai cesse à Duravel. Elle a employé 40 à 50 personnes sur la commune. En 1857/1858, elle n’emploie plus que 3 personnes.
En 1849/1850 : construction de l’usine de Duravel. Son imposition n’a commencé qu’en 1853, faisant penser à un début d’exploitation très sporadique.
En 1852, il y a à Duravel,  une forge, 3 hangars, un monte-charge, une chaudière et 1 ou 2 hauts-fourneaux.
En 1853, Adrien Langlois remplaça les frères Riant, et prit la tête de la société de Duravel. Auparavant, en 1852, Langlois achète la forge de Grèze à St-Front/Lémance. (Quel intérêt avait-il à racheter Grèze, revendu en 1864 ? La forge produisait-elle de la fonte au bois ou au coke ?).




J-:EN 1880 : la forge est signalée comme un bâtiment rural fortement en ruines.


Causes du déclin et fermeture de la forge de Duravel :

1)    Concentration sur Aubin dès 1857/1858.
2)    Causes financières dues à la spéculation de la part d’industriels agioteurs
3)    Causes internationales : ouverture du marché à la concurrence internationale
4)    Causes locales avec la concurrence Fuméloise, car le minerai de fer de la Lémance est plus proche.
5)    Causes nationales sur la réglementation sidérurgique.


IV - QUELS ENSEIGNEMENTS TIRONS-NOUS DE CETTE CONFERENCE ?

1)    La décision de créer une usine à Duravel a été notifiée au printemps (mai) 1846.       Le 01/01/1849, selon les archives : un procès-verbal rédigé par un ingénieur atteste 3 chaudières installées à Girard dans un bâtiment de briques.                                        Fin janvier 1849, mise en fonctionnement de 2 chaudières sur 3 en présence de ce même ingénieur.
2)    L’usine de Duravel a produit de la fonte, mais à partir de qu’elle année et qu’elle quantité ?
3)    Cette usine a fait l’objet de plusieurs reventes, à cause des rebondissements économiques multiples, et transactions spéculatives, entraînant des fluctuations de production. Ces nombreux rachats témoignent de l’intérêt qu’elle a pu susciter.
4)    La création de la voie ferrée Monsempron-Libos /Cahors en 1869 n’est pas à l’origine de la fermeture de l’usine puisque celle-ci était déjà fermée vers 1860.
5)    Il reste utile de mieux connaître l’histoire de l’usine après 1858/1860.


L’exploitation des livres de comptes, nous donnera probablement « les clés » de certaines questions restées en suspens. « L’aventure » continue en partenariat avec Vincent Joineau.