Le progrès au service de la recherche.

 

    Dés le premier siècle de notre ère, Duravel servit de station militaire. Sur ce point essentiel, malgré l’absence de vestiges probants, les historiens s’accordent à cette hypothèse. La « pax romana » qui succéda aux sanglantes conquêtes fut une période constructive, durant laquelle l’occupation des campagnes se densifia. Cet effort d’assimilation des populations rurales se traduisit peu à peu par la création de « vicus » que l’on pourrait comparer à une bourgade.

Les éléments constitutifs de ces petites agglomérations pouvaient regrouper alors, domaines d’exploitation agricole, une activité artisanale, un carrefour routier, un sanctuaire. Mais aussi, pour les plus nantis, à l’instar du modèle de la ville de Rome ; forum, thermes, théâtre, temple, adaptés à la densité démographique. Certaines de ces caractéristiques se retrouvent à Duravel. Les recherches entreprises par le CHVP sur les voies antiques et la future prospection géophysique des lieux, ont pour objectif, le surcroît de preuves tangibles à l’occupation gallo romaine de Duravel.

Une première investigation a mis en évidence des substructions dans un environnement sensible, nourrissant les espoirs de révélations intéressantes. Les progrès en matière de représentation en trois dimensions, donnent du panache à la découverte archéologique.

Cette résurrection virtuelle est désormais un outil incontournable de la valorisation du patrimoine.

En lien, un exemple de cette prouesse technologique qui pourrait concrétiser les travaux de recherches engagés.

La visite en 3 D de la villa commence à 1mn48.

https://www.youtube.com/watch?v=tlmfqDyiYPg