Saint Hilarion

L'église Romane

L'église de l'ancien prieuré Saint-Hilarion de Duravel, en grande partie romane, est située à une quarantaine de kilomètres en aval de Cahors, prés de Puy-L’évêque. Edifiée à flanc de coteau, entre deux vallons débouchant sur la vallée du Lot, elle est en bordure d'une voie de communication importante, entre Cahors et Agen, chemin secondaire vers Saint-Jacques de Compostelle. Surtout connue pour sa crypte, qui a suscité et suscite encore bien des questions, et pour ses reliques, elle présente aussi l'intérêt de posséder un abondant décor sculpté. La première église fut construite avec une charpente probablement en bois. Selon des découvertes documentaires, elle était sous l'invocation de Saint Etienne, patron de la cathédrale de Cahors et de quelques autres très anciennes. Cette église devint à une date indéterminée la propriété des seigneurs de Gourdon qui la remirent dans les mains de leurs vassaux, les Pestilhac. Au XI siècle, elle fut donnée à l'abbaye de Moissac dont l'affiliation à Cluny remonte à cette période.

Au XIe et XII siècles, les moines bénédictins édifièrent à sa place l'église actuelle, considérée comme étant l'une des plus grandes de l'art roman en Haut-Quercy. Sa construction s'est déroulée en deux phases. Les proportions de la nef et celles du transept accusent ce décalage de temps.

À l'arrière de l'autel, le cœur de l'église abrite un sarcophage du XIIe siècle, où reposent les reliques dites des «  trois Pères du désert » : Hilarion (patron de l'église romane), Poémon et Agathon. Le couvercle du tombeau est descellé lors des cérémonies quinquennales des ostensions.

L'absidiole sud est la plus décorée avec deux niveaux de colonnettes aux chapiteaux historiés. Son mur à l'extérieur est caractérisé par des métopes perforés et des modillons sculptés de motifs divers. (photos)

Le clocher, initialement roman mais doté en 1884 d'une flèche, est entouré de colonnes de réemploi qui furent dégagées aux Xe-XIIe siècles des ruines de la cité gallo-romaine.

Un bas-relief en marbre sculpté du IIIe siècle, fut découvert au XIXe siècle lors de travaux au pied de l'église. Cette œuvre donne à penser que sur cet emplacement, existait jadis un temple païen.

Sa crypte très ancienne, antérieure estime-t-on à l'église primitive, est ornée de plusieurs chapiteaux dont certains d'origine carolingienne. Cette crypte est répertoriée à l'échelle européenne.

 

      

      L'église de Duravel est donnée à l'Abbaye de Moissac en 1055 par les seigneurs du lieu. Les moines de Moissac ont réhabilité rapidement ce prieuré en y installant leurs confrères convalescents souffrant du paludisme (la région de Moissac était très marécageuse), et en construisant une nouvelle église.
Celle-ci reçoit les reliques de trois saints anachorètes (Hilarion, Poémon et Agathon) par l'abbaye-mère. Ils sont installés dans un premier temps dans la crypte puis sont déplacés vers le sarcophage à l'arrière de l'autel.

 

Côté Est avant la restauration de 1881

Façade Nord Est avant la restauration de 1881

Ces images proviennent du livre

 

 

"l'église Romane de Duravel"