Duravel, la ville fortifiée du moyen âge.

 

Jusqu’à la fin du 19ième siècle, avant que le projet routier ne vienne traverser le village d’est en ouest, Duravel était ceint de remparts ; ceux là mêmes qui avait résisté aux assauts anglos saxons durant le « conflit centenaire ». De nos jours encore, en promenant le regard dans la partie basse du bourg, on peut observer de hauts murs dissimulant de riches demeures. Leur apparence ordinaire occulte leur véritable origine ; l’épaisseur oscillant entre 1m20 et 1m40 ! Cà et là, des meurtrières rappellent l’usage de ces fortifications. Certaines sont invisibles sous les remblais successifs du fossé médiéval occupé par les voies de circulation.

Plus au nord, à partir de la route de Montcabrier, de beaux vestiges s’offrent à la vue ; Ayant fait l’objet d’une sauvegarde en 2011 et 2012. Les restes d’une tour carrée aux angles arrondis dominent le fossé resté intact depuis son origine. Celle-ci, ayant subi des remaniements, révèle une architecture du 14ième ou 15ième siècle.

Sur cent soixante mètres en direction de l’est, les murailles percées de meurtrières suivent le nouveau tracé du GR36.

Dans l’amorce de la descente vers la fontaine (Fongrande), l’imposante construction, oblique suivant un angle presque exact de 120°. La rectitude de l’ouvrage surprend, daté du 12ième ou du 13ième siècle ! Une reproduction d’une gravure ancienne de la cité médiévale de Duravel montre à cet endroit une tour hexagonale de fortes proportions.

En contre bas, sous des éboulis subsiste des portions non négligeables du système défensif.

Les outrages du temps continuent leur besogne, seules quelques fondations dessinent encore l’emprise originelle. La majeure partie de ces remparts repose sur un socle rocheux, lui assurant des bases solides.

Les travaux de « cristallisations » entrepris depuis 2011, ont pour objectif la mise en valeur de cet ouvrage militaire, patrimoine communal.

Les interventions sont accomplies dans le plus grand respect architectural et matériel ayant servi à leur construction.

Vue de la vallée, le rempart nord, malgré l'usure du temps , semble protéger encore, sa chère cité de ses bras amputés

.

 

Les remparts de Duravel, un chantier qui progresse !

 

Débutée en juillet 2011, la sauvegarde de la partie nord des remparts de Duravel s’est prolongée du 06 au 26 juillet dernier.

Une nouvelle équipe de l’association Concordia, renforcée de quelques locaux, s’est employé à rebâtir une bonne partie des murailles, donnant ainsi, avec la première portion des travaux, une vision très conséquente de l’appareil défensif.

Venant de Montcabrier, les fortifications s’offrent au regard dans toute leur ampleur.

La présence des bénévoles internationaux porte l’ouvrage bien plus haut que les remparts qui dominent le village.

Avec des petits moyens, l’association Duravelloise, en maitre d’œuvre, augure de trois années supplémentaires pour mener à bien cette ambitieuse réalisation.

L’achèvement de ces travaux sur l’enceinte, ajouté aux sites et vestiges déjà inscrits ou classés aux monuments historiques, positionnera Duravel au rang des cités médiévales reconnues, lui donnant ainsi une place méritée pour son attrait touristique.

« Nous marchons sur notre histoire » se plait à dire Mr Jean Marrane, président du C.H.V.P.

En exhumant ce riche passé, nous le partagerons avec les nombreux touristes qui franchissent les portes de l’Aquitaine

 

 

 

Au pied des murailles !

 

La troisième saison consécutive du chantier des remparts approche à grands pas. De gros travaux d’abattage d’arbres sont en cours, suivront le dessouchage et l’extraction des pierres d’éboulis. La pose d’échafaudages et l’apport des matériaux précèderont la venue des volontaires de Concordia, du 05 au 26 juillet prochain. Comme chaque année, une réunion d’information à la population sera proposée. Nous serons heureux de vous accueillir dans la salle des associations sous la bibliothèque de Duravel le samedi 04 mai à 11h00. Nous souhaitons la meilleure participation possible pour mener à bien ce projet en faveur de notre patrimoine.