La vitrine communale ouvre ses portes.

 

 

Depuis le 11 juillet dernier, les locaux de la vitrine communale accueillent les visiteurs. La fréquentation est encourageante avec plus de trois cent passages à ce jour. L'intérét que suscite cette exposition amène le comité d'histoire vers un développement de cet espace muséal. D'autres pièces de valeur archéologique viendront grossir l'inventaire. Avec le circuit historique et la proximité de l'église St Hilarion, ce lieu d'exposition constitue un pôle attractif favorisant l'accueil touristique du village. Pour les prochains mois, plusieurs ouvertures sont programmées, notamment les journées du patrimoine. Les différentes collections  représentent un potentiel pédagogique non négligeable que le comité d'histoire souhaite partager. Grace au soutien de la municipalité de Duravel et la participation active de nombreux bénévoles, l'ancien local de la poste, lieu de communication contemporaine, voit une reconversion utile à la transmission du passé local

 

                                                                                  Daniel Lafon

Une pièce maîtresse de la vitrine communale.

 

 

        Gracieusement léguée à la mairie de Duravel par F. Barrié, cet unique vestige de mosaïque gallo-romaine, visible sur l’agglomération duravelloise, fait l'objet de toutes les attentions avant sa présentation au public. Sous les mains expertes de Mr Jean-Francois Garnier, responsable de l'atelier aquitain de restauration et d’études du patrimoine archéologique : A.A.R.E.P.A, la polychromie s'est à nouveau révélée, rappelant la magnificence des demeures aristocratiques de cette époque. Suivant les dernières études, cette mosaïque provient des ateliers du sud ouest de la Gaule aux IV et V siècles. Une partie du village actuel repose sur des pavages antiques de grandes dimensions. Rendons grâce à la bienveillance des découvreurs fortuits qui ont su garder ces trésors archéologiques sur les lieux d'origine.

Nous remercions chaleureusement le soutien logistique apporté par Mr Jean-Francois Garnier.